Dans le nouveau roman d’Antoinette Rychner, éditions Buchet-Chastel, collection Qui Vive, 2020, deux personnages féminins composent ensemble des chants épiques qui, de manière enchâssée à la narration, relatent ce qui arrive au monde et leur arrive : la vie après un effondrement économique, politique et social.

L'accès aux ressources et aux moyens de subsistance, la protection par un gouvernement détenant un monopole de la force n'y sont plus garantis, y compris pour les populations et classes aujourd'hui favorisées. Le commerce et la finance s'étant "démondialisés", de nouveaux modèles d'organisation émergent. Mais le dérèglement climatique et l'épuisement environnemental rendent le redémarrage difficile.

 

Télécharger ici la bibliographie de travail d'Antoinette Rychner pour l'écriture de ce roman

 

 

Presse :

Il est question d’entraide, d’agriculture, d’organisation sociale, de médecine, de justice, de politique et surtout de ces récits qui nous aident à survivre et qui nous survivent, pour les générations futures.
(…) Roman de l’effondrement et du renouveau, Après le monde est un texte percutant, à la fois sensible et violent, qui laisse plus que songeur: et nous, que ferions-nous si ça arrivait?
Incontournable !

Page des libraires, (F), février 2020, par Marianne Kmiecik, Librairie Les Lisières, (Croix et Villeneuve-d’Ascq).

 

Antoinette Rychner se garde bien de prêcher la bonne parole. Ecrit de manière sublime – le prologue est un vrai régal d'ironie – son roman ouvre le débat : sommes-nous si fragiles qu'il le semble ?
Vigousse, (CH) Roger Jaunin, 31.01.2020

 

« Après le monde » marque par ses choix formels (…) Choix audacieux, les deux femmes de l’équipée, Barbara et Christelle, emploient, en bardesses, la première personne du féminin pluriel comme voix de leur épopée (…).
Cette dystopie invite chacun à se sentir responsable.

Focus Vif, (BE) 23 janvier 2020

 

Loin des histoires postapocalyptiques façon "The Walking Dead" où l'homme est un loup pour l'homme, "Après le monde" est plus optimiste qu'il n'y paraît. Refusant de faire la morale aux lecteurs, le récit propose de réfléchir par soi-même sur les causes et conséquences de cette catastrophe. Alors que les personnages féminins sont souvent stéréotypés dans le genre, le roman brosse d'intéressants portraits de femmes.
Le Point.fr, Lloyd Chéry, 21 janvier 2020

 

Si ce roman aux faux airs de manuel survivaliste est aussi réussi, c'est parce que la Suissesse Antoinette Rychner imprime au genre post-apocalyptique beaucoup de subtilité et une certaine hauteur de vue.
Le Monde, Zoé Courtois, 17 janvier 2020

 

Le roman d’Antoinette Rychner articule toutes les tensions de notre temps : peurs et tentatives d’échapper au pire, réalisme et anticipation, économie et politique, soit tout ce qui compose nos présents capitalocènes et que nous refusons d’affronter.
Diacritik, (F) Christine Marcandier, 16 janvier 2020

 

Il en ressort un roman ample et passionnant, construit autour d'un double dispositif. Pour faire éprouver la rudesse de ce monde d'après, l'écrivaine y plonge divers personnages, des femmes pour la plupart. (…) D'autre part, ce qui est arrivé à l'humanité dans son ensemble se révèle peu à peu au fil d'une épopée composée par deux des protagonistes principales. (…) Par ce double dispositif, le roman ne se borne pas à raconter une histoire, il se révèle un vibrant plaidoyer pour la poésie et la littérature.
24heures, (CH), Caroline Rieder, 16 janvier 2020

 

Un roman qui ne manque ni de dérision, ni de poésie.
Le Nouvelliste (CH), Laurence de Coulon, 14 janvier 2020

 

Retour à la barbarie et règne du chacun pour soi? Occasion d’inventer un monde plus juste, basé sur l’entraide? Les deux. (…) 
Alliage d’espoir et de terreur, à la fois visionnaire et glaçant, « Après le monde » semble écrit pour conjurer l'angoisse d’une époque hantée par sa fin en imaginant avec précision ce qui nous attend. Ou l'écriture comme manière de reprendre la main, comme antidote au sentiment d’impuissance.
Le Courrier, (CH), Anne Pitteloud, 10 janvier 2020

 

[Le] prologue est brillant. Antoinette y déploie la finesse de son ironie, qui faisait déjà la force de son roman « Le Prix », (Buchet-Chastel, 2015).
Le Temps, (CH), Isabelle Rüf, 4 janvier 2020

 

Un livre qui ouvre le débat magistralement sur les nouvelles questions universelles comme « que devons nous absolument protéger ? » ou « à quel point sommes nous fragiles ? »
Usbek & Rica, (F) Vincent Edin, 3 janvier 2020

 

Une histoire de sœurs humaines dans un monde qui peine à le (re)devenir, une histoire universelle chantée par deux voix particulières, une histoire d’amitié, un peu trouble, un peu complexe, une folle déclaration d’amour au pouvoir de l’écriture comme source, affluence, confluence de nos identités, aussi.
Amandine Glevarec sur son blog www.kroniques.com, 1er décembre 2019

 

Un formidable roman écrit au féminin pluriel, abyssal, précis, cru et sensible, comme un coup de poing qui laisse un goût de caresse.
Yggdrasil, Pablo Servigne, décembre 2019

 

L’auteure,  loin d’avoir composé un tombeau pour notre civilisation, mêle au pathétique tableau d’une société hyperconsumériste qui marche sur la tête l’aventure et les péripéties liées à la survie de l’homo œconomicus à l’ère de la glaciation des avoirs.
(…)
Après le monde n’est pas un roman à thèse (nul prêchi-prêcha écolo mais une conscience climatique), une satire « cli-fi » portée par une douce ironie et une vraie écriture.
Livres Hebdo, Sean J. Rose, 15 novembre 2019

 

 

Lire un article du quotidien "Le Courrier", Genève, à propos de différents titres littéraires abordant l'anthropocène (26.07.19)

 

 

A écouter :

- le bord-plateau au Théâtre ABC, la Chaux-de-fonds, après la représentation de la version musicale d'Après le monde du samedi 1er février 2020 : entretien avec l'autrice, modération Thomas Flahaut

 

- l'émission Entre nous soit dit, Mélanie Croubalian, 28.01.2020

 

- le 12h30, RTS-La première, 20 janvier 2020

 

- la vidéo de la rencontre du 17 janvier 2020 au Théâtre Vidy-Lausanne, modération Eric vautrin, dramaturge du théâtre

 

- l'émission "La Matinale" RTN, 15 janvier 2020

 

- l’émission de la RTS La Première « 6h 9h le samedi »


- Journal de 12h45 de la RTS (télévision), 13 janvier 2020


- l’émission « Caractères », de la RTS Espace 2, 9 janvier 2020 


- l’émission « La Librairie francophone », RTS La Première et France Inter, 8 janvier 2020